Comment développer l'aquaculture européenne face au mastodonte chinois

Comment développer l'aquaculture européenne face au mastodonte chinois

À l'instar de leurs voisins européens, les français n'ont pas dérogé à la règle pour leur réveillon 2015, en faisant la part belle aux crevettes et au saumon fumé dans leurs assiettes. Cette tradition ne coule pourtant pas de source : ces deux espèces figurent en tête des poissons les plus importés par l'Union européenne, devant le thon et le cabillaud. Au total, plus d'un poisson ou crustacé sur deux consommé en Europe est importé, principalement en provenance de la Chine ou de la Norvège. Les Européens ne produisent pas suffisamment pour subvenir à leurs besoins. Mais comment produire plus lorsque l'Union européenne demande aux pêcheurs de pêcher mieux, mais moins, et réduit comme peau de chagrin les soutiens au secteur ?

L'Union européenne et la réponse aquacole

C'est la Commission européenne elle-même qui a fourni la réponse, en mettant depuis plusieurs années les bouchées doubles sur l'aquaculture [i.e. l'élevage d'espèces marines, d'eau douce ainsi que de diverses sortes d'algues par différentes méthodes]- annonçant dès 2009 sa volonté de «donner un nouvel élan à la stratégie pour le développement durable de l'aquaculture européenne». Figurant parmi les secteurs alimentaires qui connaissent la croissance la plus rapide dans le monde, l'aquaculture apparait en effet comme incontournable à ce stade puisque les chiffres montrent que la production sauvage ne suffira pas à elle seule à combler une demande en constante augmentation.

Une stratégie européenne la plus complète possible

Et dans le domaine, la stratégie européenne se veut la plus complète possible. En amont de la chaine de valeur, l'Union européenne soutient la recherche et le développement technologique, à travers ses instruments financiers, pour faire de l'aquaculture un secteur hautement performant, plus efficace, plus intégré, plus durable et donc moins énergivore ou consommateur en eau. En aval, c'est le FEAMP (Fonds

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr
© 2017 BENIE TV. All Rights Reserved. Designed By IVOIRSOFT 0025 59 71 32 52

Please publish modules in offcanvas position.